Un culte de l'ours ramené aux dimensions de notre modeste nature . . . Robert Hainard naturaliste, peintre, sculpteur et écrivain suisse

INVITATION    DANS    LE    ROYAUME
DE    LA    BLAIREAULOGIE





INTRODUCTION

Au premier regard ce quadrupède originaire d'Asie, ressemble tout à fait à un petit ours de par son allure massive des épaules et du cou, son bide semble toucher terre car il a des jambes très courtes et sa démarche et celle d'un plantigrade et pour rester dans la famille des ours, l'extrémité de ses pattes antérieures sont chaussées de longues griffes comparable à celle d'un ours grizzli. C'est probablement, suite à cette analyse anatomique, que cette espèce a d'abord été décrit par le naturaliste Suédois Carl von Linné en 1758 lors de la 10e édition de son Systema Naturae, Linnaeus a donc alors classé en réalité le blaireau dans le même genre que les ours et dans la même famille, celui des Ursidés et le nommant alors scientifiquement Ursus meles. De nos jours, l'ont sait qu'il en n'est rien, alors les taxonomistes l'a renommé Meles meles et a été classé dans la famille des Mustélidés avec la fouine, la martre ou la loutre.

Le blaireau, sympathique carnivore à la silhouette rondouillarde, par sa présence, enrichi et anime mystérieusement les espaces forestiers de nos contrées. La femelle est appelée Blairelle et les jeunes portent le vocable de Blairautins, c'est un animal très peut rencontré, ce qui est tout à fait normal, car ce petit nounours vie le plus souvent dans les bois sombres et y creuse une demeure souterraine et passe les trois quart de son existence dans ce "boudoir" ténébreux. En faite, pour le rencontrer ce n'est pas une mince affaire, il a une activité de noctambule, il semble fuir la lumière et n'ose sortir que lorsque le jour se fait mourant et que le monde obscure s'est installé. Il est le plus gros de la famille Mustélidae d'Europe, d'une longueur de 80 centimètres pour une hauteur de 30 centimètres au garrot et affichant un poids moyen d'une douzaine de kilogrammes. Le blaireau est très facilement reconnaissable grâce au maquillage yin et yang qui habille l'ensemble sa tête. Les deux bandes yin donc le noir, courent le long de son museau, de ses yeux et va jusqu'aux oreilles et déborde même un peu derrière celle-ci.

Hélas trop souvent persécuté par certains bipèdes stupides, cette espèce d'Homo sapiens étymologiquement dite "homme sage" également traditionnellement défini comme "animal doué de raison" peuh! drôle d'analyse étymologique, un langage complètement absurde et stérile dans l'esprit de ces mammifères hominidés quant il s'agit d'évoquer le nom de Blaireau. Quand l'on observe la vie de Meles meles elle n'est pas toujours aussi facile que cela. L'homme est certainement le plus grand prédateur dans le monde des existences sauvages. Pourquoi tant de persécutions face à une espèce animale qui est pourtant très tolérante, il peut partager une adresses de terrier avec d'autres espèces comme par exemple le Renard. Le Blaireau est aussi très propre, il fait ses besoins dans des sortes de latrines qui porte le nom de "pots" et il aime aussi avoir un terrier tiré au cordeau et une litière très soigneuse.  

Ce "gangster" au masque noir à la "Rapetou" ou à la "Zorro", a adopté la phrase suivante "Pour vivre heureux vivons cachés", précepte complètement absurde plagié par le blaireau car, comme nous l'avons narré un peut plus haut, Meles meles pratique surtout une vie souterraine et nocturne, une existence que l'on pourrait croire complètement invisible le blaireau semblerait alors bien à l'abris du regard de certains hominidés indélicats, mais malheureusement cette vie souterraine et de noctambule à ces limites. D'abord le blaireau est un grand terrassier, surtout quant il s'agit de construire sa bâtisse, les cônes de remblais de terre reste très visible, il en faut excaver de la terre afin de construire un dédale de boyaux et de chambres, donc face à un tel chantier une adresse reste hélas peu discrète et cela fait tristement le plaisir de certaines pratiques de destruction terriblement barbare et sanguinolent, on l'appelle vénerie sous-terre, c'est un agissement qui fait et fera toujours couler beaucoup d'encre, ainsi que d'alimenter également énormément de débats qui reste très très épineux entre écologiste ...   

Après cette petite invitation, naviguez maintenant au coeur du royaume de Meles adorable et sympathique petit ours d'Europe, ce blog vous contera de merveilleuses histoires et, il vous invitera aussi à mieux le connaître, le protéger et l'aimer.






   ルドビク    トオマス   /   le  Royaume  de  Meles   /  copyright ©


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire