Un culte de l'ours ramené aux dimensions de notre modeste nature . . . Robert Hainard naturaliste, peintre, sculpteur et écrivain suisse
SÉCURITÉ  PERSONNELLE 
du
NATURALISTE  BLAIREAULOGUE


Certains évoqueraient "mais pourquoi donc parler de sécurité et de protection dans un blog consacré uniquement au blaireaux ...", tout simplement pour plusieurs raisons, dans certaines situations il nous est arrivés de subir des histoires pas très sympathiques lors de nos escapades et recherche blaireaulogiques, comme par exemple, se trouver subitement dans une battue pendant les périodes de chasses alors que nous étions sur un chemin de randonnée ou, d'être attaqué par des chiens errants ou sans surveillance. Lors de telles cas de figure il aurait été intéressant de connaître quelques notions de sécurité personnelle afin de pouvoir être capable de nous aider dans une situation difficile comme celle çi. Se former à la protection personnelle est une précaution, au même titre qu'une assurance maladie. Voici donc quelques notions à adopter si vous vous trouvez un jour dans de telles cas de figure, mais attention retenez bien ceci, évitez la confrontation doit rester une priorité ou si cela n'est pas possible, il faudra vaincre et assumer les conséquences de ses actes, quoi qu'il en soit dans tous les cas de situation conflictuelles, tout en étant capable de refuser de subir une agression, c'est encore de concevoir que, de tous nos actes, des conséquences découleront.
Évoquons maintenant les différents situations dont vous pourriez être susceptibles d'être impliqué, mais toutefois en reste dans la limite du possible, qui pourra principalement vous être utile lors d'un conflit. Le but de se blog n'est pas là pour parler en détail de sécurité, de protection et autre self défense en tous genres, cette article est juste là pour aidez à vous donnez un appuis important dans un cas d'agression, pour que vos balades ne finissent surtout pas en cauchemar ou en catastrophe. Si vous souhaitez en savoir plus sur toute ces techniques de protection, il existe sur la toile de nombreux sites qui parles de toutes ces pratiques de sécurité personnelle.
Pour info, en cliquant sur le logo ci dessous vous trouverez un lien très intéressant, Protegor est un site très bien réalisé, leurs auteurs Gillaume Morel et Frédéric Bouammache savent de quoi ils parlent, se sont des pros de la protection personnelles.    

            




SE  DÉFENDRE  CONTRE  UN  CHIEN
En self-défense il est naturel d’imaginer toutes les situations possibles et de s’y préparer afin de mieux y faire face au cas où elles surviendraient. Et même s’il est rare de se faire agresser par un chien, cela peut survenir lors d’une ballade ou d’une randonnée : cet article vous donnera les gestes de bases pour éviter de vous faire attaquer et tenter de sauver votre peau. Aussi petit soit le chien, il restera aussi dangereux qu'une race plus imposante.



Eviter de se faire attaquer par un chien

Si vous rencontrez un chien qui semble agressif, voici comment réagir :
- Rester calme et immobile (ne faites pas de gestes brusques, cela risque de l’exciter)
- Ne fixez pas le chien dans les yeux, regardez à côté de lui pour toujours l’avoir dans votre regard périphérique : vous ne le verrez pas en détail mais vous verrez ses mouvements (s’il avance vers vous ou pas)
- Ne lui tournez pas le dos, gardez le dans votre champ de vision
- Surtout ne courrez pas, cela l’excitera et il vous rattrapera sans aucun problème
- Gardez la bouche fermé pour éviter de lui montrez vos dents (qu’il interprétera comme un signe d’agressivité)
- Evitez de vous mettre pleinement face à lui, mettez plutôt votre buste de côté, l’épaule en avant et en prenant appui sur votre jambe arrière : vous présenterez moins de zone vital en cas d’attaque et vous aurez un léger appui si le chien vous saute dessus
- Reculer doucement en faisant des pas en arrière



Les signes avant-coureur de l’attaque :

Un chien va souvent manifester de l’agressivité avant d’attaquer :
- Il va aboyer et émettre des grognements
- Il va retrousser ses babines et faire apparaître ses dents



Si vous vous faites attaquez par un chien

Les morsures de chien sont fréquentes et le plus souvent peu graves, cependant s’il est déterminé et qu’il attrape une zone vitale : alors la situation devient grave.
Si vous vous faites attaquer par un chien, il faut absolument protégez vos parties vitales pour éviter que le chien ne les morde : c’est à dire la gorge (artère carotide), l’intérieur des cuisses (artère fémorale), le visage et vos doigts.
S’il réussit à les attraper, votre pronostic vital est engagé car cela provoquerait une hémorragie importante, des conséquences esthétiques très dommageables au niveau du visage.
Fermez vos poings, cela évite que vous perdiez vos doigts s’il les mords et vous serez déjà prêt pour envoyer un coup sec sur son museau.
Généralement un chien va vous mordre au niveau du mollet, de la main, du bras ou de la gorge.
Globalement un chien mordra d’abord la première chose qui apparaîtra dans son champ de vision : la technique consiste donc à entourer une veste autour de votre avant bras (si vous avez le temps) et de le mettre en avant pour qu’il l’attrape afin d’éviter qu’il ne vous morde une zone vitale. Gardez votre autre bras en retrait pour protéger votre carotide et votre visage.
Une fois qu’il aura attrapé votre bras, envoyez un coup sec et intense sur son museau le poing fermé ou les phalanges repliées avec votre second bras. Il devrait être sonné temporairement, ce qui vous laissera le temps de vous réfugier en hauteur ou dans un abri proche et d’appelez les secours.
Les autres zones sensibles chez un chien sont les yeux et les testicules.



Les armes contre les chiens

Vous pouvez également utilisez des objets de votre environnement comme bouclier pour vous protéger (chaise, vélo, sac à dos…) en le mettant entre vous et le chien.
Vous pouvez également utilisez d’autres objets comme des armes pour neutraliser le chien (couteaux, bâtons, chaise…).
Une bombe lacrymogène au poivre est efficace contre les animaux (les chiens, les ours…)… Cependant, ce ne serait pas le cas des bombes lacrymogènes au CS (elles utilisent un produit chimique différent du poivre).


Le spray defensif anti-chiens CS 50ml, en France les bombes lacrymogènes sont classées comme armes de 6ème catégorie (ce qui implique leur mise en vente libre)...Contient respectivement 0,5% de solution irritante CS et CN, donc une pulvérisation à moins d’un mètre peut être dangereuse pour la santé. En France, les bombes lacrymogènes sont classées comme armes de 6ème catégorie (ce qui implique leur mise en vente libre).L'autorisation de transport de ces produits sur soi ou dans un véhicule nécessite un motif légitime et dépend du contrôle des autorités.

Voici un lien si vous souhaitez commander un système de défense AntiAgression.com 



Les premiers secours face à une morsure de chien

En plus d’être douloureuse, les morsures de chien peuvent entraîner plusieurs complications : infections, atteintes du muscle ou des nerfs, fracture…
L’idéal est d’identifier le propriétaire du chien pour savoir si son animal est malade ou pas et également pour le neutraliser s’il représente un danger pour l’homme.
S’il y a une hémorragie importante (perte de sang), compressez la zone avec la paume de votre main, mettez-vous dans une position allongée (si vous êtes éloigné du chien) et appelez les urgences le plus rapidement possible.
S’il n’y a pas d’hémorragie, nettoyez la plaie avec de l’eau et du savon ou du sérum physiologique, et rendez-vous rapidement aux urgences. Même si la morsure est bénigne, il est important d’aller consulter pour éviter qu’une infection se déclare : le chien peut vous transmettre la rage, le tétanos ou d’autres infections à cause des germes présents dans ses dents.




Vous trouverez également sur le site Protégor (voir le logo au dessus de ce présent message, sinon cliquez ici) un article pour à été écrit afin de "comment réagir face à un chien agressif".

Les réactions d’un chien dépendent avant tout de sa sociabilisation (ou pas), puis de son entraînement à la défense/attaque. La sociabilisation du chien s’acquiert dans ses 1 premiers mois, avec sa mère et ses frères & soeurs. S’il a été isolé trop tôt, il n’aura pas appris pas à respecter la hiérarchie entre chiens. Le chien est un animal grégaire et il a besoin de contacts avec les individus de son espèce comme avec les humains, plus il en a plus il sera à l’aise dans la vie quotidienne.

Le chien où il se trouve défendra son chez lui et dans ce cadre la race n’est pas importante car tout chien peut s’opposer à l’entrée d’un individu dans son espace ou à la présence d’un tiers trop proche lorsqu’il est à coté de son maître. D’où l’utilité d’une sonnette à l’entrée d’une habitation et/ou de solliciter auprès de son maître l’accord de s’approcher.

Pour nous aider à comprendre le «caninois» (car le chien est un livre ouvert), il y a des indices simples à interpréter :

- Aboiement : s’il est franc direct pas de souci le chien se sent bien. S’il y a grognements, cela pose   problème car le chien indique qu’il peut attaquer si vous approchez trop près.

- Rictus des babines : il accompagne souvent les grognements et là c’est une alerte de danger pour vous car vous êtes rentré dans son espace donc Stop !

- Oreilles : pour les chiens à oreilles droites c’est plus lisible car elles sont bien droites s’il n’y aucune animosité, par contre si elles sont baissées en arrière c’est le signe qu’il va attaquer si vous persistez !

- Queue : portée haute ou à moitié dans la continuité de la colonne vertébrale, le chien n’est pas préoccupé par vous. Si le chien a sa queue entre les pattes, il a peur et selon votre réaction il vous attaquera !

- Poils le long de la colonne vertébrale : si hérissé, il a peur et/ou bien vous représentez une menace, il y a risque pour vous !

- Corps : il donne lui aussi des indications. Si le chien porte haut son corps tout va bien. Si le corps est baissé et que les autres indices précédents sont cumulés, le chien est en position d’attaque… donc prudence !

Comment agir face à un chien prêt à attaque ?
- reculer doucement sans précipitation
- ne pas regarder le chien dans les yeux car il prendrait cela comme une menace
- parler doucement avec des paroles rassurantes
- vous baisser rétrogradera l’émotion du chien
- l’astuce d’avoir quelques croquettes sur soi et lui donner sans les lancer (tout geste brusque est prohibé !) fonctionne
- s’il se calme et ne vous montre plus aucune agressivité, restez toujours assis en lui parlant doucement et laissez vous sentir cela l’apaisera, il constatera que vous avez aucune antipathie à son égard. Vous pourrez partir doucement mais en le regardant discrètement (pas dans les yeux) et sortir de son espace. Vous vous êtes fait un nouvel ami…




SÉCURITÉ  PERSONNELLE
EN  PÉRIODE  DE  CHASSE

Du 15 septembre au 28 février, c'est la période la plus critique pour le naturaliste blaireaulogue, car c'est les dates de la pratique de la chasse, donc voyons dans ce chapitre comment exercer sa sécurité personnelle face à cette pratique dite "sportive" mais dangereuse. Attention ? Il ne faut pas non plus négliger les battues qui elles malheureusement sont pratiquées toutes l'années suite à des arrêtés préfectoraux.  


Où randonner en période de chasse, un jour de chasse ? 
Quelles sont les bonnes pratiques de sécurité ?

Si vous souhaitez randonner pendant la période de chasse, un jour de chasse, voici quelques conseils pour prendre le moins de risques possibles :
Essayez de rester sur les sentiers et évitez de vous aventurer hors-sentiers. Les chasseurs s’attendent plus à trouver des randonneurs sur les sentiers qu’hors-sentiers et vous avez donc moins de chances de les surprendre.
Essayez de randonner dans un endroit qui est fréquenté par les randonneurs, un sentier connu par exemple. Cela permet d’être plus en sécurité, car les chausseurs ont probablement déjà vu des personnes dans ces endroits et sont plus vigilants.
En cas de doute, restez près des habitations, des routes et des gros chemins, à proximité desquels les chausseurs ne tirent normalement pas et savent que des personnes peuvent se trouver.
Soyez visibles, notamment en portant des vêtements voyants. L’idéal est de porter un gilet fluorescent.

Voici quelques accessoires qui vous aiderons à être vue par des chasseurs afin de vous promenez sans que cela ne finisse pas en désastre.
Un système pliant pour fixations Molles le TT Tac marker securite de chez Tasmanian Tiger, un Bonnet ou un couvre sac qui vous servira également de protection pour la pluie. Il existe bien d'autre système afin de se faire voir par les chasseurs, à vous de choisir celui qui vous convient. 



Que faire si on entend des coups de fusil, si on entend des chiens aboyer, si on entend des chasseurs, etc. ?

Si vous entendez des indices qu’une chasse est en cours ou que des chasseurs sont à proximité :
Essayez de faire connaître votre présence aux chasseurs en essayant de ne pas perturber la chasse.
Faites-vous voir en vous mettant dans un endroit dégagé, ne vous cachez pas.
Faites-vous entendre en parlant éventuellement. Restez quand même respectueux en évitant de faire trop de bruit tout de même.
Une fois qu’un chasseur (ou plusieurs) vous a vu, allez à sa rencontre pour en savoir plus (voir section juste en dessous).
Dans le cas d’une battue, la conduite à tenir est la même. Si jamais la battue est en cours et que les chiens aboient, regroupez-vous (si vous êtes en groupe) et restez où vous êtes en attendant que ça s’éloigne (ce qui est généralement rapide).
Le bruit que font les chiens pendant une battue peut être impressionnant, mais ne vous inquiétez pas pour autant, il y a peu de chances qu’ils vous confondent avec du gibier. 

Note : ne confondez pas les coups de fusil avec les détonations des canons anti-grêle ou équivalents – car vous pourrez toujours chercher des chasseurs, vous n’en trouverez pas. 



Que faire si on voit un ou des chasseurs ?

Si vous voyez un chasseur (ou plusieurs) et qu’il ne vous a pas vu, essayez de signaler votre présence puis d’aller à sa rencontre.

Demandez-lui ensuite avec courtoisie et le sourire :
- Où se déroule la chasse.
- S’il y a d’autres chasseurs.
- S’il y a des zones à éviter et des zones où vous pouvez aller tranquillement.
- Combien de temps cela va durer.
- En gros, demandez-lui toutes les informations nécessaires pour une cohabitation en toute sécurité.





Que faire si on tombe sur un panneau indiquant une chasse en cours ?

Dans certains endroits, des panneaux sont utilisés pour indiquer qu’une chasse est en cours. C’est souvent le cas sur les sentiers qui traversent la zone de chasse, d’où l’intérêt de rester sur les sentiers dans les zones « à risque ». Si vous « tombez » sur un panneau de ce type, je vous conseille de ne pas aller plus loin au risque de vous retrouver au beau milieu d’une chasse.
Ça peut être frustrant, d’autant plus que c’est parfois difficilement prévisible, mais c’est votre sécurité qui est en jeu. Si vous avez la possibilité de voir un chasseur, demandez-lui plus d’informations (s’il n’est pas en pleine action).
Sinon, faites demi-tour ou essayez de trouver une alternative pour continuer votre chemin. J’en profite pour rappeler ici l’importance de savoir s’orienter et emporter de quoi pouvoir le faire (carte, boussole, GPS, etc.) même si vous suivez un sentier balisé. Une chasse en cours vous obligeant à faire un détour ou à faire demi-tour n’est qu’un exemple parmi d’autres.




Quelques chiffres pour finir :

J’aimerais finir en rappelant qu’il y a des accidents de chasse, mais que la grande majorité des personnes blessées ou tuées sont des chasseurs. Selon l’ONCFS, sur la saison 2013-2014, 90% des victimes étaient des chasseurs et 10% des non-chasseurs. Cela représente 10 blessés et 2 tués parmi les non-chasseurs.


Statistiques des accidents de chasse en France :

Combien de blessés et de morts chaque année en France des suites d'un accident de chasse?
Les accidents de chasse pour la saison de chasse 2008-2009 sont issus de la presse, des envois de lecteurs et de différents sites sur la chasse en France.
Les accidents de chasse répertoriés par l'ONCFS ou publiées au journal officiel pour les années 1997 à 2007. Les chiffres antérieurs à 1997 viennent du Quid.


Source Quid :
1970 : 274 accidents de chasse : 250 blessés, 52 tués
1976 : (permis obligatoire) 236 accidents de chasse : 183 blessés, 63 tués
1980 : 125 accidents de chasse : 96 blessés, 29 tués
1985 : 95 accidents de chasse : 67 blessés, 26 tués
1995 : 43 accidents de chasse : 32 blessés, 11 tués


Sources ONCFS :
Exercice d'intervention sur une simulation d'accident de chasse. Photo Ouest-France1997-1998 : 223 accidents de chasse : 75 légers, 104 graves, 40 ou 44 mortels (*)
1998-1999 : 259 accidents de chasse : 93 légers, 126 graves, 40 mortels
1999-2000 : 232 accidents de chasse : 76 légers, 116 graves, 40 ou 42 mortels (*)
2000-2001 : 186 accidents de chasse : 67 légers, 96 graves, 23 mortels
2001-2002 : 167 accidents de chasse : 68 légers, 68 graves, 31 ou 40 mortels (*)
2002-2003 : 181 accidents de chasse : 76 légers, 78 graves, 27 ou 29 mortels (*)
2003-2004 : 201 accidents de chasse : 78 légers, 94 graves, 29 mortels
2004-2005 : 167 accidents de chasse : 68 légers, 74 graves, 25 ou 26 mortels (*)
2005-2006 : 169 accidents de chasse : 84 légers, 61 graves, 24 mortels
2006-2007 : 179 accidents de chasse : 24 accidents mortels (*2)
2007-2008 : 163 accidents de chasse : 15 accidents mortels (*2)
2008-2009 : 145 accidents de chasse : 22 accidents mortels
2009-2010 : 174 accidents de chasse : 80 légers, 84 graves, 19 accidents mortels
2010-2011 : 131 accidents de chasse, 18 accidents mortels (34 selon la Buvette)
2011-2012 : 143 accidents, dont 34 accidents mortels. (42 selon la Buvette)
2012-2013 : 179 accidents, dont 21 accidents mortels (57 selon La Buvette) dont 2 non chasseurs.

Source de ces statistiques, cliquez sur le lien pour en savoir plus.




Un  livre  à  lire  absolument
« Pour  profiter  en  toute  quiétude  de  vos  balades  champêtres. »



COMMENT  SE  PROMENER  DANS  LES  BOIS  SANS  SE  FAIRE  TIRER  DESSUS  ?

Allary Éditions  -  200 pages  -  16,90 euros


Des révélations sur la chasse et les chasseurs. Un livre indispensable pour les amateurs de nature.

Savez-vous que certaines armes de chasse peuvent tuer à trois kilomètres, et que ce loisir fait une vingtaine de morts par an ? Que l’on peut chasser sur la plage en plein mois d’août ? Qu’une chasse peut se terminer dans votre jardin ? Que cette pratique met la biodiversité en danger ? Qu’il est impossible de sanctionner des chasseurs ivres ?

Pouvoir politique (le premier groupe à l’assemblée est le groupe « chasse »), pouvoir économique (bénéficiant en partie d’argent public) : le lobby des chasseurs jouit en France de droits, et de passe-droits, qui bafouent les règles de la démocratie.

La France compte des dizaines de millions de promeneurs, cyclistes, randonneurs ou cueilleurs de champignons, mais dans les bois, ce sont les fusils qui font la loi.

Réglementations d’une extrême complexité, dérogations, tolérances, exceptions : tout est fait pour que les usagers de la nature ne puissent pas comprendre ce qui est autorisé ou pas. Tout, sauf ce livre qui rend ces règles enfin accessibles… sans se priver de pointer les abus.



ルドビク    トオマス   /   le  Royaume  de  Meles   /  copyright ©


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire