Un culte de l'ours ramené aux dimensions de notre modeste nature . . . Robert Hainard naturaliste, peintre, sculpteur et écrivain suisse
LE PROFESSEUR ERNEST NEAL
Le Mr. Blaireau des contrées Britanniques   

Prof. Ernest Gordon Neal, biologiste, naturaliste, photographe et cinéaste
Né le 20 mai 1911 à Boxmoor Hertfordshire
Mariée en 1937 avec Elizabeth Thomson, avec qui il a eu 3 fils
Décédé le 5 avril 1998 à Bedford


Quant sur le chemin de sa maison après avoir fait une expédition sur un papillon, Ernest Neal a été surpris par un blaireau dans un bois près de Gloucestershire, cela a toute suite changer le cours de sa vie. Il a alors décidé de revenir le lendemain soir dans le bois ou il a observé le blaireau afin de pouvoir correctement observer les blaireaux. Voilà toute l'histoire ou comment à commencé son grand intérêt pour cette espèce de mustélidés qui restera avec lui tout le reste de sa vie.

C'était la première étude scientifique à long terme d'un mammifère britannique qui reposait sur l'observation directe et l'enquête objective, puis il en sortit un livre, The Badger, qui sera publié en 1948, c'était le début de la première monographie de la série Collins "New Naturalist". C'était un volume qui a inspiré des dizaines de milliers de personnes et de naturalistes. 

Ernest Neal est très bien connu pour son lien avec les blaireaux et son livre original a été mis à jour et réécrit plusieurs fois, afin d'améliorer les connaissances sur l'espèce et afin d'affiner les différentes techniques de recherche. La plus récente édition, écrit en collaboration avec Chris Cheeseman, a été publié en 1996. Neal a été récompensé par le Stamford Raffles Award de la Société zoologique de Londres en 1956 pour son travail sur le blaireau et, en 1960, il a reçu un doctorat pour ses recherches sur biologie et la reproduction des blaireaux. Il a servi pendant plus de 15 années dans le Groupe consultatif du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation sur le blaireau et de la tuberculose bovine. Depuis sa création en 1975, il a récemment été invité à commenter, avec le professeur John Krebs, les derniers rapports sur cette maladie. Parmi les vétérinaires et les scientifiques du gouvernement, il était le seul porte parole qui représentait un grand intérêt pour le blaireau.

Neal a été constamment fasciné par les relations internationales complexes tant dans le monde naturel et entre les personnes. Il venait d'une famille chrétienne (son père était un pasteur baptiste) et il a toujours cherché le meilleur dans tous ceux qu'il rencontrait, une attitude qui lui a donné une vision très positive de la vie. Il a étudié à Taunton School et l'Université de Londres et son premier emploi, en 1936, était à Rendcomb College, Cirencester. En 1946, il a déménagé à l'école Taunton, où il est devenu Second Maître et un housemaster avant de se retirer en 1971.

Sa fascination avec les relations internationales et les éco-systèmes était quelque chose qu'il a pu partager non seulement par son enseignement, mais aussi par l'écriture, la photographie, le film animalier et la télévision. En 1952, avec le professeur Humphrey Hewer, Neal il a commencé à faire le tout premier film sur les blaireaux la nuit, un exploit vraiment très significatif étant donné la technologie de l'époque. Ce fut un travail qui exigeait un dévouement considérable. Cela lui a pris plus de trois ans pour le terminer, tout en utilisant des lumières puissantes auxquelles les blaireaux devaient accoutumés. C'est en en 1954, qu'il a ensuite diffusé à la télévision. Au cours de sa vie, Neal a pris part à plus de 200 programmes de radio et de télévision.

Neal a été l'un des membres fondateurs de la Société des mammifères, un mélange unique de mammalogistes professionnels et amateurs passionnés. Il croyait fermement en la valeur des membres non-professionnels et il a constamment promu leurs intérêts, ce qui donne plus tard un appui substantiel à la mise en place d'une section jeunesse, maintenant appelé "Mammal action". Il deviendra le président de la société pendant cinq ans et, plus tard il la servira pendant six ans comme président. En 1980, il a reçu la Médaille d'argent de la société pour son travail sur les mammifères. Il a aidé également la Fiducie Somerset pour la conservation de la nature, maintenant appelé Wildlife Trust Somerset, il en a été son président pendant 14 ans. En 1976, il a été nommé MBE pour son travail sur la conservation de la nature dans le Somerset.

les intérêts de Ernest Neal étaient loin de se limiter à la Grande-Bretagne. En 1962, il a été invité par Stephen Curry, un ancien élève et entomologiste du Département des forêts du Kenya, pour visiter l'Afrique orientale. À la fin des années soixante, il a été invité à effectuer des recherches sur les mangoustes pour les baguer dans le parc national Queen Elizabeth en Ouganda et a passé quatre mois afin de découvrir beaucoup d'autres choses sur leur mode de vie qui était auparavant inconnu. Il a fait 21 autres visites, beaucoup d'entres elles en tant que conférencier invité pour Swan Hellenic et Ecosafaris. Naturellement son appétit pour le mode de fonctionnement des écosystèmes a été pleinement introduit ici et a donné lieu à un safari en Afrique de l'Est un guide de fond (1991).



Le livre "The Badger" de 1958 au édition Pelican Books,
pour toutes les personnes qui veulent en connaître encore plus sur l'existence des blaireaux, cette ouvrage reste encore un livre de référence, très utile et très instructif même en 2016, mais malheureusement il n'existe quant langue anglais.




ルドビク    トオマス   /   le  Royaume  de  Meles   /  copyright ©


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire