Un culte de l'ours ramené aux dimensions de notre modeste nature . . . Robert Hainard naturaliste, peintre, sculpteur et écrivain suisse
LE   LANGAGE   DU   BLAIREAU
appels  et  cris  divers



Écoutez parler un Blaireau adulte en cliquant sur l'image


Écoutez l'appel d'un blaireautin au fond de sa forteresse souterraine
en cliquant sur l'image 


Le Blaireau a un répertoire vocal très diversifié, pour n'en citer que quelques uns, le jappement, le geignement, le grondement varient du long au bas jusqu'au couic, pour les ronflements, les grésillements et les crissements ces derniers sont surtout réservés aux langages adultes le gloussement, tandis que les pépiements, les gloussements et les roucoulements aigus comme celui d'un oiseau ses trois cris semblent plus appartenir au répertoire des Blaireautins. L'étude de Wong en 1999, réalisé dans le massif forestier de Wytham Woods zone de l'ancienne forêt semi-naturelle à l'ouest d'Oxford au Royaume-Uni, a évoqué l'existence de plus de 16 vocalisations différentes. La communication acoustique sont des signaux transmis entre Blaireau comme par exemple face à la complexité de la structure sociale ou afin de transmettre des messages rapides comme par exemple un changement d'humeur à ses congénères dans la noirceur du terrier ou dans l'ombre et le crépuscule des nuits extérieures, de plus, tous ces signaux vocaux facilitent la localisation entre individu voir même peut être une reconnaissance individuelle.
Chaque langage à une fonction bien précise dans la structure sociale, comme par exemple les grondements sont utilisés dans le contexte d'une défense ou d'un avertissement et peuvent être accompagné par des attitudes de dominations. Durant la saison des amours lors des phases d'accouplements, le langage le plus souvent entendu sont les stridulations du mâle et les glapissements de la Blairelle. Mais face à ce cheptel vocal, et avec une espèce aussi social que le Blaireau, il y a très certainement d'autres sons encore inconnus donc à étudier. Vous trouverez ci dessous 13 sons avec une possibilité d'écouter sur les vocalises des Blaireaux, Blairelles et Blaireautins.              



1 / STRIDULATIONS
Se sont uniquement des cris utilisés pendant l'accouplement qui signalent l'excitation sexuelle du mâle envers la Blairelle en chaleur. La stridulation est formée par un grand nombre de notes réparties sur une durée relativement courte, profond, gutturale et vibrant. Sa profondeur et son intensité face à ces deux qualités ci ces dernières sont bien exécutées, cela informe la femelle que le future géniteur est viable et a une forte condition physique.   



2 / RONRONNEMENTS
A l'entendre les ronronnements sont semblables aux stridulations, cependant à l'écoute ils sont un peu plus doux et avec une intensité beaucoup moins prononcée. Sur la base de la structure ils sont divisés en deux formes le ronronnement et le ronronnement accompagné d'un clic, ces deux langages sont utilisés par la femelle comme des signaux filiaux à l'encontre de sa progéniture. Le ronronnement peu également accompagner les phases de toilette, lors du transport des Blaireautins ou pour appeler les jeunes depuis le terrier, dans ce cas de figure cela encourage alors les bambins à suivre la mère.       



3 / SIFLEMENTS
Les sifflements sont utilisés surtout dans le contexte d'un avertissement ou de défense et peuvent être produit durant des rencontres intra- et inter- spécifiques qui servent à intimider souvent le destinataire.



4 / ROUCOULEMENT
Le roucoulement est un appel extrêmement doux comme celui d'une tourterelle et est habituellement entendu de façon isolé.



5 / GÉMISSEMENTS
Ils s'agit des cris aigus et prolongés que poussent les jeunes âgés d'un peu plus de deux mois et demi. Les gémissements comprennes une série d'appels discrets qui vont d'une fréquence moyenne à très élevée. Il est utilisé par les nouveaux nés comme un signal de détresse, habituellement lors que le nourrisson est isolé de sa mère, plus cette détresse accroît et plus le rythme et l'intensité augmente.



6 / GRINCEMENTS
Ce langage est lié à un bavardage querelleur d'une sonorité plus ou moins aigue et relativement courte et est  caractérisée par quatre ou cinq éléments par appel en moyenne.Ce son est utilisé principalement par les adultes pour signaler une douleur, une frayeur, une frustration ou une anxiété. L'appel peut considérablement varier en puissance, ils sont souvent utilisés par la femelle lorsqu'elle est harcelée par un mâle cherchant l'accouplement et surtout dans les cas ou ce dernier mord la nuque de la femelle. Chez les Blaireautins, ce langage est très peu employé, mais dans certain cas il est surtout utilisé lors des phases de jeux.           



7 / CRISSEMENTS
Il s'agit d'un son unique relativement long, le plagiat avec les grincements face à la structure est particulièrement évidente, les crissements sont peut être même dérivés des grincements. D'une intensité très élevée ils sont produits par une seule expiration d'air, et peuvent durer plusieurs secondes. Cet appel est principalement utilisé quand le Blaireau est face à la menace, lors des soumissions ou pendant les combats ou attaques. Si le combat devient beaucoup plus sérieux les crissements peuvent accroître en intensité.



         8 / GRONDEMENTS       
Se sont des sons graves et roulants, soutenus et bruyants, constitués d'un seul élément et pouvant durer 2 secondes, ce qui nous amène à dire qu'il s'agit de la vocalisation la plus longue dans le répertoire du Blaireau. Les grondements sont plus pratiqués par les adultes et est sont associés afin d'avertir ou pour la défense, ils sont également utilisés en présence de nourriture ou quand un Blaireau non familier s'introduit dans le territoire, dans cette situation il sert à provoquer la fuite du gêneur.



9 / FEULEMENTS
Se sont des sons aigus, simples et sifflants et généralement long un peu plus d'une seconde. Ils sont distingués en trois phases, l'introduction , puis vient la montée et ensuite la fin retombant ces trois phases sont produites la bouche ouverte, puis l'expulsion de l'air est contrôlée il est d'une sonorité très profonde, insistante et gutturale. Les feulements sont probablement dérivés des grondements avec une haute intensité et indique alors une intensité plus élevée d'agression. Cette vocalise est surtout pratiquée lors des attaques  ou des menaces, à l'inverse du grondement qui lui précède très souvent une attaque.



10 / GLAPISSEMENTS
Sons encore très aigus, perçants et similaires dans sa structure par le couic. Se sont d'ordinaire les adultes  qui produisent ses sons, le plus souvent en série et ils sont accompagnés par séquence avec des feulements. Les glapissements sont entendus lors des douleurs affectives ou la crainte d'une douleur anticipée. Les Blairelles usent de ce cri avant et pendant l'accouplement, surtout quant cette dernière est mordue à la peau au niveau du cou par le prétendant, cet appelle peut avoir aussi un effet de réfrènement sur le mâle servant ainsi à régresser l'agression de ce dernier lors de la copulation.Les glapissements peuvent être pratiqués pour annoncer la présence d'un mâle et pour inciter à la rivalité du futur géniteur, cela permettrait à la femelle de faire son choix basé alors beaucoup plus sur la compétitivité.



11 / COUIC
 Le couic est un appel très strident, aigu, répétitif et très bref surtout semblable à la structure du glapissement. Les Blaireautins usent de se cri dans le contexte d'une frustration ou d'une anxiété surtout quant les jeunes sont séparés de leur mère.



12 / RENIFLEMENT

Son produit par une expulsion d'air par la gueule. Le reniflement à surtout été observé plus communément par des individus pris dans le contexte de la surprise. Il peut être accompagné par un recul en arrière avec une hérissement des poils appelé "pilo-éruction". Il a été également noté que le reniflement pourrait aussi à surprendre un éventuel congénère.



13 / ABOIEMENTS
Il est produit par l'expulsion de l'air à travers une gueule ouverte, avec une sonorité comparable à celle d'un chien de petite taille. Il est le plus souvent entendu lors des jeux ou dans le contexte de la surprise et pour avertir. Chez les adultes il a pour fonction principale d'avertir un congénère s'approchant éventuellement pour la défense d'une pitance. Il peut être aussi entendu pendant les accouplements, quand l'un ou l'autre des partenaires est ennuyé par un autre individu.



14 / GLOUSSEMENTS
 Ce son est réservé aux Blaireautins, le gloussement ressemble à un son d'un emplumé, plus spécifiquement à un celui d'un oiseau comme le caquetage d'un canard. Se sont des appels relativement bref à fréquence basse et se composent généralement en quatre ou cinq structure d'appel. Entendu le plus souvent durant les salutations, le toilettage, et le jeux, il est par conséquent associé avec un contact rapproché avec la mère et l'enfant.



15 / QUERELLES
Véritable cacophonie de différents appels cela illustre principalement la très haute variété des sons et cris que peuvent pratiquer les Blaireaux. Les appels suivants peuvent être entendus au début pendant environ 1 seconde une série de glapissements, suivi durant 2 secondes par une stridulation du mâle. Une femelle grince et crisse environ 3 secondes , puis vient ensuite des gloussements qui peuvent être entendus 3 à 4 secondes. La séquence se termine par les vocalises d'un couple de grincements durant 6 à 7 secondes.



16 / GROGNEMENT
Le grognement est un son bref, bas et peu tranché qui comprend habituellement un ou deux composants par appel. A la différence des grognement des adultes, les grognement des blaireautins sont quelquefois produits en série. L'appel est principalement associé avec des interactions de contact rapproché, comme par exemple le toilettage.




17 / PÉPIEMENT
Les pépiements ont été seulement entendus chez les blaireautins. Se sont des sons moyennement aigus, doux comme ceux d'un oiseau. Il a une note pétulante quant le petit traîne derrière sa mère ou sa fratrie, cela provoque alors une vive réprimande de la part de la femelle, suivie ensuite par une bourrade affectueuse.    



18 / BABY  BLAIREAU
Stridulation de deux blaireautins âgés de quelques semaines seulement. 




Il existe bien d'autre vocalises dans le royaume de Meles, mais la liste est tellement importante avec hélas toujours aucune possibilité d'entendre ces sons. Il y a tellement à évoquer sur le langage des Blaireaux que seul ce message ne suffirait pas à lui seul de les narrer tous ... 




Les "hurlements de femme" étaient en réalité des cris de blaireaux en rut


" Linz, en Allemagne - Des policiers lancés à la recherche d'une femme en forêt après que des témoins ont crû entendre des hurlements ont découvert que les cris provenaient en réalité de blaireaux en rut ... "

Les officiers de police dépêchés sur les lieux sont partis en forêt équipés de kits de vision de nuit. Des témoins les avaient contactés, affirmant avoir entendu les cris d'une femme en provenance de la forêt.

Sur place, les forces de l'ordre ont compris que les prétendus hurlements n'étaient en fait que les cris de blaireaux en rut. Selon eux, il n'est pas rare que les sons émis par ces animaux en période de reproduction soient confondus avec des hurlements humains.

Publié le 08 août 2008 sur GS Genside





Ce répertoire de sons et cris sur le langage du Blaireau, sauf le premier qui appartient au blog "Royaume de Meles", toutes ces vocalises d'écoute et quelques parcelles de texte présenté dans ce présent article, ont été obtenu surtout grâce à la contribution du site web Domenicus Malleotus, qu'il en soit vivement remercié, voici le lien direct http://domenicus.malleotus.free.fr/a/index.html.                
      
       



ルドビク    トオマス   /   le  Royaume  de  Meles   /  copyright ©


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire